Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




dimanche 11 octobre 2009

Gil Adamson : La Veuve

L'histoire est celle de Mary Boulton, une fugitive, dans les Rocheuses Canadiennes en 1903. Elle a tué son mari, perdu son enfant, et elle fuit ses deux beaux frères désirant se venger. Tout au long du récit elle sera La Veuve, c'est la seule identité qu'elle possède. Le lecteur pourrait s'attendre à une véritable poursuite effrénée à travers les montagnes. C'est le contraire, c'est une histoire de rencontre.
Tout d'abord celle que l'on fait avec Mary, nous ne pouvons pas oublier dès les premières pages du livre, cette petite chose fragile habillée de noir prisonnière de sa folie et de son chagrin. Elle fuit pour vivre.
Et puis les rencontres que fera Mary tout au long de son aventure. Des personnages qui vont l'aider, qui la feront exister.
Ce sera la vieille dame à l'église, un ermite qui lui apprendra la survie en montagne, un révérend, un Indien et d'autres encore. Avec elle nous découvrons une ville minière : Frank.
Gil Adamson nous livre le récit de survie d'une femme en 1903, dans un monde d'hommes , au milieu d'une nature sauvage et hostile.
L'écriture évite les clichés habituels de la femme malheureuse et battue qui tue son mari. Le lecteur découvre l'histoire de Mary par bribes, lentement. Une phrase, un souvenir et puis le présent, la nature nous happent à nouveau.
Mary nous inspire beaucoup de pitié et nous avons envie qu'elle s'en sorte. Sa folie n'est pas franchement établie, depuis combien de temps a t elle des hallucinations, des visions ? Pourquoi ?
C'est une réussite dans l'écrit qui balance sans cesse entre la réalité qu'elle vit et qui est assez dure et effrayante et ses hallucinations. Le lecteur est pris entre deux discours et comme elle, il est pris de vertige.
Un premier roman qui m'a tenue en haleine, avec une écriture somptueuse et très poétique. L'auteur sait toucher et décrire le coeur de ces hommes et de cette femme et nous emmener dans les montagnes où si on peut survivre tout devient possible.
J'ai beaucoup aimé la fin que je ne peux pas raconter mais que j'aimerais juste aborder.
Les deux derniers mots "Trouve-moi"que Mary note à l'attention d'un homme est une merveilleuse fin. Ce sont les seuls mots qu'elle écrira et c'est très beau.

Aucun commentaire: