Non, je n’oublierai jamais la baie de Rio

La couleur du ciel le long du Corcovado

La Rua Madureira, la rue que tu habitais

Je n’oublierai pas pourtant je n’y suis jamais allé



mardi 19 juillet 2011

Martin Suter : Allmen et les libellules

Avec son dernier roman, Martin Suter nous sert les mésaventures de son nouveau héros Allmen, aristocrate ruiné, dévoreur de livres et gentleman cambrioleur à l'occasion.
L'action se passe en Suisse et l'histoire nous entraîne dans l'univers des oeuvres d'art qu'affectionne particulièrement le héros et à la poursuite de cinq coupes Art Déco signées Gallé qu'il aura la chance d'approcher et même de dérober.
Le style balance entre polar et comédie de moeurs aux multiples rebondissements. Une galerie de personnages, allant de truands sans état d'âme dans le milieu des antiquaires à la bourgeoise décalée et très audacieuse en passant par le serviteur guatémaltèque philosophe, détaille une certaine peinture sociale de la bonne société suisse. Suter a l'art et la manière d'égratigner dans ses romans ces richissimes excentriques névrosés et désaxés.
En créant un héros récurrent issu de cette société, il aura l'occasion de poursuivre des aventures aussi palpitantes que rocambolesques.
Le ton est vif, c'est bien mené. Un roman de détente pas désagréable.


Aucun commentaire: