Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




lundi 26 septembre 2016

Emma Cline : The Girls


     Emma Cline est une jeune auteure américaine de 27 ans. Dans son premier roman, The Girls,  elle réinvente l'été 1969 où la monstrueuse famille Manson s'est rendue tristement célèbre en massacrant Sharon Tate et d'autres personnes.
     Ici les noms ont changé, et Russel est le chef charismatique et complètement fou d'une communauté, qui électrise des jeunes filles bien seules et fragiles.
     C'est ce qui va attirer Evie, en manque de repères, d'éducation, d'amour et d'affection dans une famille éclatée.
     Elle a 14 ans quand elle croise Suzanne une grande brune, libre et rebelle qui avec ses amies refusent le monde actuel et vivent sans foi ni loi dans un  ranch paumé et sale auprès de Russel.
     En maraude dans les supermarchés, elles volent, récupèrent de la nourriture, se droguent. Elles sont dangereuses mais tellement attirantes pour Evie qui se voit renaître.
     Sous l'emprise de Russel et de ses drogues, dans un ultime acte d'horreur, elles massacrent dans la folie la plus complètent.
     C'est par la voie de la narratrice, Evie, que nous parvient l'histoire.
     30 ans après les faits qui se sont déroulés pendant cet été, elle raconte comment elle a été fascinée par ce groupe de jeunes filles, par l'envie d'appartenir à la famille, par l'emprise que Russel avait sur elles. Elle se souvient du silence et de la solitude qui remplissaient son existence avant de les rencontrer.
     Alors qu'elle vit seule dans une petite maison, elle voit son passé resurgir par les questions que lui pose une jeune fille. 
      Ce roman est brillant par sa construction littéraire. Deux situations alternent avec beaucoup de délicatesse.
      La voix d'Evie, âgée qui raconte la jeune fille paumée qu'elle était, prête à tout pour se faire aimer. Sa rencontre et son séjour avec les filles et leur chef dans ce ranch loin de tout.
      Et puis le recul pour constater, pour critiquer une société qui se voulait nouvelle, pour mettre à bas sans concession les sixties et son flower power.
      Une écriture audacieuse, une ambiance glauque malgré un ton poétique. La réussite incontestable de ce roman est qu'en changeant les noms des protagonistes ainsi que les lieux et les actes, l'auteure s'inscrit dans un message universel. Il résonne de l'actualité, en racontant ainsi l'origine des meurtres revendiqués au nom d'une appartenance.
Emma Cline - The Girls - Editions Quai Voltaire - 336 Pages - 21 €
     
      

Aucun commentaire: