Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




mardi 15 juin 2010

Yoko OGAWA : les tendres plaintes

Yoko Ogawa nous transporte avec sa nouvelle oeuvre dans le coeur d'une passion violente et secrète. Au centre de cette histoire un clavecin et ses notes égrenées, et particulièrement celles de Rameau et de la pièce qui donne le titre à l'ouvrage. Trois personnages gravitent autour de cette mélodie torturée et mélancolique et nous offrent des déclinaisons de l'amour subtilement analysées par l'auteur. Ruriko, calligraphe, fuit le domicile conjugal et les infidélités et violences de son mari. Elle part se réfugier dans la forêt loin de Tokyo. Elle rencontre Nitta, ancien pianiste qui ne peut plus jouer en public, reconvertit en facteur de clavecin. Kaoru sa très jeune assistante est présente d'une manière trouble. Très vite la sympathie s'installe et très vite le trio joue sur des cordes sensibles trop sensibles. L'auteur distille les mots, la peur, l'évolution des sentiments dans un paysage de toute beauté, sombre et lumineux. Elle suggère et ne tranche pas sur la passion amoureuse. Elle nous donne des scène d'une cruelle beauté alliant les souffrances secrètes. Souffrances des non-dits, des secrets de l'autre qui resteront cachés mais que l'on imagine.
Avec des mots simples, des phrases courtes et des descriptions à couper le souffle Ogawa nous interroge sur l'amour. L'amour physique est il plus fort que le désir platonique, la passion que l'on voue à son art peut elle se partager et que signifie donner ? L'auteur ne donne surtout pas de réponse mais juste l'émotion.
Un vrai coup de coeur.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Un très beau livre qui laisse une impression triste mais passagère. Comme cette histoire qui est une très belle parenthèse dans la vie des personnages....
Un cadeau parfait pour des vacances au soleil! :)