Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




mardi 15 janvier 2013

Catherine Cusset : Indigo

Pour son dernier roman, Catherine Cusset nous invite à un voyage dans le Kerala au sud de l'Inde, magique et envoûtant.
Les personnages,  représentant  la culture française au bout du monde,  vont se trouver confronter  à leur passé et  à la force de la nostalgies quand elle surgit loin du quotidien. Ils vont affronter leur peur, leur démon amoureux et se retrouver dans un avenir à jamais remodelé.
Indigo, couleur aux mille nuances, comme le ciel avant l'orage ...
Invités au festival culturel par Géraldine , directrice de l'Alliance Française de Trivandrum,  ce sera pour chacun l'occasion de fermer ou d'ouvrir une parenthèse douloureuse de leur vie. Que ce soit, Charlotte scénariste, française vivant à New York, qui marchera dans les pas de son amie disparue. Raphaël, écrivain sombre et taiseux et Roland, écrivain également,  la soixantaine  flamboyante et aguicheuse, tous deux témérairement parisiens, ils vont à la recherche d'un temps passé essayant de rattraper ce qui ne peut l'être.
De Delhi à Kavalam, les tensions sont exacerbées et les sentiments en alerte, dans un pays encore secoué par les attentas terroristes à Bombay en 2008.
Catherine Cusset donne le ton dans une écriture fluide et captivante à un récit sur les sentiments amoureux.
Elle donnent une consistance intéressante et profonde à ses personnages au bord de toutes les tentations et  rendez-vous manqués
Humainement faibles ou odieux, ils incarnent un certaine légèreté et un sens du dramatique dans un pays aux moeurs réglementées.

2 commentaires:

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Jocelyne a dit…

l m'a été très difficile d'entrer dans cette histoire, les égos de ces "célébrités" et leurs histoires de fesses m'intéressant peu, mais je ne regrette pas d'avoir persévéré jusqu'à la fin du livre, par ailleurs bien écrit et faisant bien ressortir la vie des autochtones en Inde. (et l'abus de l'argent de l'état par les nantis étrangers...)