Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




vendredi 13 juin 2014

Bret Easton Ellis : Zombies

13 nouvelles composent ce recueil qui exprime par son ton incisif et brutal,  tout l'univers de Bret Easton Ellis.
Un style qui percute et bouscule, entre vie et mort, les personnages traînent dans un vide affectif et social sidéral.
La brièveté et le concentré des histoires permettent de ne pas se perdre dans la lecture  et de rester attentif aux nuances que l'auteur distille.
Un monde, celui qu'affectionne Ellis depuis toujours, où l'illusion n'existe même plus et où le désenchantement devient permanent.
Des héros, qui s'appellent presque toujours Brenda ou Bruce, interchangeables et pathétiques, dans une vie où rien d’intéressant  ne peut arriver et qui perdent les derniers repères de leur vie.
Ennui, fric, sexe, vodka et lexomil occupent les journées de ces Zombies dépressifs.  Leurs conversations  inlassablement toujours au bord d'une piscine de maisons cossues, dans des îles paradisiaques ou à bord de voiture de luxe peuvent lasser, mais le lecteur rentre ici dans un univers sans issu, et on est mal à l'aise.
Si la violence est absente de ces récits, et qu'au fond il ne se passe rien, Bret Easton Ellis nous livre à travers ses lignes l''origine de son oeuvre.
Il y a aussi beaucoup d'humour et l'écriture résolument nouvelle et syncopée marque son style.
Malgré des détails souvent glauques et des personnages au bord de tous les gouffres ou peut être à cause de tout ça, c'est une lecture qui ne laisse pas indifférent.
Ces nouvelles permettent de découvrir et d'appréhender l'univers complètement déjanté et perdu de Bret Easton Ellis.


Aucun commentaire: