Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




jeudi 18 décembre 2014

André Brink : Philida

    André Brink a puisé dans le cœur de son passé familial pour nous évoquer le portrait d'une esclave qui a vraiment existé, Philida.
    Une histoire qui se situe dans les années les plus troubles de l'Afrique du Sud, juste avant l'abolition de l'esclavage par les anglais en 1833. Obligation sera faite quand même aux esclaves de rester au service de leurs maîtres pendant 4 ans.
    Appartenant à la famille Brink, exploitants vinicoles en Afrique du Sud dans la région du Cap, Philida décide de porter plainte contre le fils du maître, François.
    Il lui avait promis la liberté si elle couchait avec lui. Il n'en a jamais eu l'intention. Quatre enfants sont nés de cette relation, deux ont survécu.
    Pour ne pas compromettre le mariage de François avec une riche héritière blanche, ses parents décident d'éloigner Philida de la maison en la vendant avec ses enfants dans le nord du pays.
    La scène de la vente aux enchères des esclaves, sans doute une des dernières, est très dure et montre la cruauté de la société de l'époque.
    C'est un récit d'une grande émotion. Brink renoue ici avec une plume aux accents poétiques forts en y mêlant la langue afrikaaner, âpre donnant au récit une intense vérité.
   L'auteur donne la parole à Philida, esprit rebelle, et déterminée à suivre le chemin de l'émancipation.
    Consciente de son identité et de son appartenance au monde, elle fait de sa vie un combat pour la liberté et le respect humain.
     Les coups, les viols et les menaces façonnent cette âme qui demeure à jamais libre.
     De ses compagnons d'infortune comme elle, elle apprend et partage. Elle comprend l'importance de l'éducation et se nourrit d'écriture et de lecture. 
    Cette jeune femme prend conscience de son identité, de sa personne et de son appartenance au monde, elle dit d'ailleurs :"à l'intérieur de moi, je suis libre"
    Brink donne aussi la parole aux maîtres blancs, étonnés et sidérés devant l'insolence de cette esclave et anéantis par l'émancipation  prochaine de tous les esclaves.
     En alternant les récits de chaque personnage, il donne une image différente des événements et donne ainsi la possibilité à chacun de défendre ses opinions.
     Chaque chapitre débute par l'explication de ce qui va suivre et indique qui va parler. Cela permet aux lecteurs de suivre plus facilement le changement de style et de vocabulaire en fonction des différents personnages.
      André Brink nous plonge dans les abîmes économiques et sociaux de toute une époque et raconte l'histoire d'un pays qui n'a pas encore pansé toutes ses blessures.
André Brink - Philida - Editions Actes Sud -  384 pages - 23 Euros 
     


Aucun commentaire: