Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




vendredi 4 septembre 2015

Sorj Chalandon : Profession du père

     En donnant la parole à Emile, le petit garçon qu'il a été, Sorj Chalandon fait ressusciter sans doute pour l'ultime fois, l'image de son père.
     En 1960, Emile a douze ans et vit entre son père et sa mère. Trinité familiale qui cache bien des secrets, insoupçonnables et insoupçonnés.
     André Choulans, le père, ancien conseiller intime de de Gaulle, est déçu par la trahison du grand homme quand ce dernier cède l'Algérie aux algériens.
     Devenu au fil des années, l'éminence grise au sein des services secrets le père s'est vu confié de nombreuses missions et a accumulé beaucoup de métiers.
     Une de ses dernières missions, tuer le Général en s'alliant aux généraux du putsch.
     Pour cela ils ont besoin de sang neuf, et André recrute son fils. Il est temps qu'il apprenne qui est son père.
     Emile découvre stupéfait son père, ce héros qu'il vénère et admire et aime. Avec un regard rempli d'illusions il refuse de voir les incohérences qui se jouent sous ses yeux.
     Mais chaque vie si brillante soit elle possède les plus sombres ténèbres, et André fait régner la terreur et l'angoisse dans son foyer.
     Violent, colérique le père fait subir à l'enfant des entraînements en pleine nuit, le prive de manger et le charge de déposer du courrier ultra secret à l'autre de bout de la ville et le frappe.
     Ce récit pourrait être très  drôle et bourré d'humour si ce n'est que le père, et le lecteur le comprend très vite, est un grand malade.
     Mythomane, complètement paranoïaque, il a isolé sa femme et son fils de toute famille, amis, relations. C'est un grand malade psychiatrique que le manque de soins entraîne dans une spirale de plus en plus délirante.
     Ce huis clos amer et étouffant, au sein de cette cellule familiale meurtrie, frappe le lecteur par la justesse du ton et la force du texte.
     Triste, infiniment triste, l'enfance volée de ce petit Emile entre un père violent et malade et une mère spectatrice consentante et apeurée.
     De cet amour manqué et trahi, le narrateur/auteur en sortira en réparant la beauté des tableaux auprès de sa femme et de son enfant, en redonnant des couleurs à la vie et à l'amour. 
     Un véritable coup de coeur pour ce récit admirablement bien écrit, bouleversant de retenue.
     De ce texte sombre, Chalandon a le talent de donner au lecteur, qui tremble pour ce petit Emile, la lumière de l'espoir. 
Sorj Chalandon - Profession du père - Editions Grasset - 320 pages - 19 Euros





Aucun commentaire: