Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




samedi 27 août 2016

Colum McCann : Treize façons de voir

   
      Dans son dernier recueil de 5 nouvelles, dont un très court roman de 150 pages, Colum Mc Cann nous entraîne au bout de la violence en étudiant ses conséquences psychologiques et traumatiques sur ses personnages.
     Faisant écho à sa propre expérience, l'auteur a été victime d'une très violente agression, il arrive à mettre assez de distance pour transformer le lecteur en témoin.
     Le résultat est froid et implacable comme les coups qui sont donnés sans raison allant jusqu'à une sauvagerie hallucinée.
     La violence donc,  comme fil rouge et une lecture qui se veut sans concession.
     "Treize façons de voir", la première nouvelle éponyme, plutôt une novella, raconte la dernière journée d'un vieux magistrat, ses dernières heures aussi. Vus par les yeux des caméras, que ce soit chez lui, dans la rue ou au restaurant, ces ultimes moments de  vie volée  sont poignants.
     Nous regardons le vieil homme revivre ses années de travail, ses relations difficiles avec son fils, ses ambitions, à toute une vie qui est passée et nous assistons aux coups qui lui sont portés.
     Dans la nouvelle, "Sh'Kohl", qui veut dire en hébreu, les parents qui ont perdu un enfant, l'auteur sonde l'angoisse incommensurable d'une mère adoptive divorcée face à la disparition de son fils. 
     "Le traité", met en scène une religieuse qui revient 30 ans en arrière après avoir reconnu à la télévision l'homme qui l'avait enlevée, séquestrée et violée. Les mots parlent d'une difficile résilience et l'émotion est forte.
     Beaucoup de style et une certaine poésie, malgré la thématique de la violence, se dégagent de ce recueil. L'auteur raconte l'intime et son vécu apporte une réalité confrontée à la fiction.
     Il n'en reste pas moins, une inégalité dans les textes. Mais c'est normal quand on lit des nouvelles.
     Deux nouvelles sont ultra brèves, il faut du talent aussi, mais je les considère plus comme des réflexions personnelles de l'auteur sur la création littéraire.
     C'est un livre qu'il faut découvrir parce que sa construction littéraire est très étonnante et trouve peut être sa source dans la douloureuse expérience de l'écrivain. 
Colum McCann - Treize façons de voir -  Traduit de l'anglais (Irlande) par Jean-Luc Piningre - Editions Belfond - 308 Pages - 20.50 €

Aucun commentaire: