Non, je n’oublierai jamais la baie de Rio

La couleur du ciel le long du Corcovado

La Rua Madureira, la rue que tu habitais

Je n’oublierai pas pourtant je n’y suis jamais allé



mardi 29 août 2017

Ron Rash : Par le vent pleuré

Le dernier roman de Ron Rash promène le lecteur entre passé et présent, 1969 et 2015 entre souvenirs du dernier été de l'enfance et l'actuelle réalité qui demande des comptes.
La plongée dans la fin des années 60, nous fait découvrir l'expérience que vont vivre deux frères, Bill l'aîné et Eugène le cadet, celle du vent de liberté et de rébellion qui souffle et de la jeunesse éclatante.
1969, l'année folle où les hippies croient encore au pouvoir des fleurs mais comptent aussi sur l'aide de la drogue,de l'alcool et des médicaments.
C'est dans cette ambiance nouvelle dans une Amérique très puritaine que nous entraîne le récit.
Eugène et Bill prennent leurs premières bières au bord de la rivière tout en pêchant la truite. Ils vivent avec leur mère sous l'autorité du grand-père paternel, seul médecin de la petite ville de Sylva en Caroline du Nord.
Bill est promis à un brillant avenir dans la médecine, son grand-père surveille de près ses études et les finance. Tout comme Eugène, mais lui est plus rêveur même s'il admire son frère.
Lors de leur partie dominicale habituelle, ils font la connaissance de Ligea, jeune fille très libérée, elle connaît le sexe, boit de l'alcool, fume de l'herbe et aime ça; elle aime aussi prendre quelques médicaments pour planer.
Fascinées par elle, ils succomberont tous les deux à leur façon et braveront, pendant l'été ultime de leur enfance, tous les interdits.
L'été se termine par une séparation au goût amer pour chacun puis la vie continue.
Mais 45 ans plus tard, resurgit l'ombre de ce dernier été au bord de la rivière. Les restes d'une jeune fille disparue et que les pluies incessantes ont fait remonté à la surface.
Ligea revient cette fois hanter la vie de Bill et Eugène.
Que s'est-il vraiment passé ? Ligeia devait quitter la petite ville de Sylva. Pourquoi la police pose-t-elle toutes ces questions à Eugène ? 
Les deux frères, fâchés, vont se confronter une dernière fois à la vérité et découvrir les secrets que chacun a enfouis.
Ron Rash signe là un roman noir court et intense sur l'adolescence et le cours que prend la vie malgré soi. Il interroge sur la cruauté de nos actes, sur la recherche du pardon, sur les jeux de l'enfance et sur l'éternelle rédemption.
Pour Bill, l'été 1969 sera noyé par les études et la réussite professionnelle. Pour Eugène, toujours futur écrivain, c'est dans l'alcool qu'il a noyé ses douleurs et se fêlures.
Le roman est très prenant, parce que le lecteur sait que le narrateur, Eugène, va nous raconter une histoire dont on connaît la triste fin.
C'est étouffant comme cet été et on ne lâche pas ce roman à l'écriture soignée et à la lenteur dont Ron Rash signe son oeuvre.
Ron Rash - Par le vent pleuré - Editions le Seuil - Parution le 17 Août 2017- Traduit de l'américain par Isabelle Reinharez - 208 Pages - 19.50 €


2 commentaires:

eeguab a dit…

Très beau roman d'uj cérivain dont j'ai lu aussi Une terre d'ombre.

Marie a dit…

Merci pour le mot, c'est un auteur extrêmement sensible et ses livres sont intenses
à bientôt
Marie