Non, je n’oublierai jamais la baie de Rio

La couleur du ciel le long du Corcovado

La Rua Madureira, la rue que tu habitais

Je n’oublierai pas pourtant je n’y suis jamais allé



dimanche 24 septembre 2017

Nathan Hill : Les fantômes du vieux pays

     L'histoire se situe en 2011 où Samuel Andresen un jeune professeur de littérature à Chicago apprend par l'avocat de sa mère, Faye,  que cette dernière a agressé avec des petits cailloux le sénateur Packer, républicain, candidat à l'élection présidentielle. 
     L'avocat lui demande d'écrire une lettre attestant toutes les qualités de sa chère maman. Il est d'autant plus surpris qu'il ne l'a plus revue depuis 20 ans, un certain matin où elle a quitté la maison familiale.
     Samuel s'ennuie dans sa vie professionnelle et il espère toujours être un jour le grand écrivain qu'il a failli devenir. En attendant il s'adonne avec excès aux jeux vidéos en ligne où il est le roi des elfes, il est même vraiment très fort.
     Mais l'histoire de Faye, sa mère absente, peut lui être utile pour écrire enfin le livre que son éditeur lui réclame depuis longtemps, sinon Samuel est ruiné.
     Dans une écriture vive et remplie d'humour, l'auteur nous raconte l'histoire des Etats-Unis des années 1969 à 2011. Années sombres pour le rêve américain qui s’enlise dans une guerre au Vietnam dont la jeunesse révoltée ne veut pas et dans un patriotisme qui porte toujours le racisme dans son cœur.
     Ce sont ces années que Samuel va découvrir en menant l'enquête pour découvrir l'histoire de sa mère. Faye qui a vécu une enfance étouffante dans sa famille dans l'Iowa et qui rêvera d'études et d'indépendance à Chicago et qui malheureusement passera à côté de sa vie pour se rendre compte finalement que les plus beaux rêves s'arrangent avec la réalité.
     Le rapprochement entre mère et fils est difficile et la fin très habile et intéressante.
     Les personnages sont nombreux et porteurs de beaucoup de messages et de thèmes forts dans une Amérique au prise avec ses démons. 
     Beaucoup d'histoires se recoupent et peuvent déconcerter le lecteur, parce que pas toujours bien reliées, beaucoup de personnages aussi mais la lecture est intense.
     A la façon d'une enquête ,avec des rebondissements, nous remontons le temps et cherchons avec le héros à savoir qui était au juste cette femme et  qu'a été sa vie et sa quête pendant 20 ans.
     Un grand travail de recherche alimente ce premier roman, de plus de 700 pages, très ambitieux.
Nathan Hill - Les fantômes du vieux pays - Editions Gallimard, collection du Monde Entier - Parution 17 Août 2017 - Traduction de l'Américain par Mathilde Bach - 720 pages - 25 €


Aucun commentaire: