Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




vendredi 17 avril 2009

Yasushi INOUE : La mort, l'amour et les vagues

Petite merveille que ce recueil de trois récits qui nous parlent de couples unis ou désunis dans une comédie de l'amour qui ressemble à tout sauf à de l'amour, enfin le vrai !! . Dans "Anniversaire de mariage", le héros veuf depuis deux ans reste fidèle à la mémoire de sa femme. Il se pose des questions sur les sentiments qui les unissaient. L'union dans la médiocrité, la complicité dans la même avarice, l'entente dans le refus de toute fantaisie entraînent ce couple peu sympathique dans une illusion de l'amour. La description de cette fameuse lune de miel ressemble plus à une hallucination, elle reste le seul moment sentimental dans leur vie.
Dans "Le jardin de pierres", Uomi et Mitsuko terminent leur voyage de noces par la visite de ce très célèbre jardin à Kyoto. Cette promenade dans ce jardin d'inspiration zen rappelle des souvenirs à Uomi. Oui il se souvient. Il est des lieux, comme des rencontres qui révèlent des sentiments enfouis. Ce sont des instants magiques où le besoin de loyauté est très fort. Uomi le paiera cher, l'amour ne supporte pas la trahison.
Le récit éponyme de ce recueil, raconte l'histoire d'un homme et d'une femme qui se rencontrent dans un hôtel sur une falaise. Ils sont là pour la même raison, ils doivent se suicider. La jeune femme veut mourir à cause d'un chagrin d'amour, lui c'est un homme d'affaires rattrapé par une faillite financière et il se donne deux jours de délais pour terminer un livre. Rien ne se passe comme prévu, et il y a une grande désespérance dans cette rencontre. Où est l'amour ? pas loin...
Dans un pays où la notion de suicide reste la valeur suprême de courage et de réparation, Inoué montre que l'on peut vivre encore pour l'amour de la vie, de la rencontre, de la connaissance.
Ces personnages, ces couples profondément antipathiques dans leur façon d'aborder la vie et les sentiments sont troublants et nous surprennent par leurs fêlures. Trois récits d'une grande tristesse et d'un profond pessimisme, écrits d'une manière limpide et poétique nous montrent que finalement la vie ressemble souvent à de l'amour mais n'en est pas.

1 commentaire:

Alliance a dit…

Celui-là je dois le lire absolument... tu me l'ammènes?