Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




jeudi 22 juillet 2010

Jean Paul Dubois : Les accommodements raisonnables

L'histoire commence par un enterrement, celui de l'oncle de la famille Stern, Charles. Les protagonistes de cette saga se trouvent à un moment donné de leur vie dans un profond chaos.
A commencer par l'oncle qui décède, fortuné, vaniteux, détesté et pourtant si envié. Le frère Alexandre devient l'héritier et endosse son nouveau rôle de riche avec une facilité surprenante, lui qui haïssait tellement la façon de vivre de son frère. Et puis il y a Paul, fils d'Alexandre, écrivain-scénariste, un peu raté. Anna sa femme complètement dépressive fuit dans le sommeil la réalité de son couple inexistant.
Paul saisit une opportunité et part travailler à Hollywood. Pendant une année nous assistons aux bouleversements dans cette famille à un moment critique. Chacun tourne autour de l'autre, s'observe, se quitte, revient pour mieux repartir, bref s'accommode , de la vie et des autres.
Jean Paul Dubois analyse finement la société américaine où l'homme se perd dans l'illusion, où le rêve devient cauchemar et nous met en garde contre cette société , copie exacte de la nôtre mais en pire...
Et puis surtout il est question d'accommodements, ceux que l'on fait par lâcheté, toutes les compromissions, les non-dits, les manquements tous ces arrangements pour s'accommoder de soi mais aussi des autres, de la vie pour continuer raisonnablement.
Dans la vie, à certains moments critiques, douloureux, des parenthèses s'ouvrent où tout semble bouleversé sauf le fondamental.
L'écriture est mordante au début, drôle , pathétique dans la description des hypocrisies des personnages elle se perd un peu trop dans ses accommodements. C'est dommage, l'histoire méritait d'être plus percutante, mêmes dans les doutes, les remords, les personnages auraient gagné plus de profondeur.





Aucun commentaire: