Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




dimanche 13 février 2011

Jonathan Coe : La vie très privée de Mr Sim

Jonathan Coe renoue avec l'humour et l'ironie pour son dernier livre qui nous raconte l'histoire de Mr Sim (comme la carte), un anti-héros en grande difficulté dans sa vie très privée.
Depuis sa naissance non désirée Maxwell Sim est un vrai perdant, sa femme vient de le quitter, sa fille se moque de lui , il est en pleine déprime et ne travaille plus. Prêt à trouver des réponses à ce mal être, il va se confronter à des situations desquelles il ne sort pas vraiment brillant. De retour d'Australie où il est allée rendre visite à son père pour un ultime échange, il rentre à Londres et se voit proposer un poste de commercial dans une entreprise de brosses à dents écologiques.
C'est le départ pour une prospection dans le nord du pays et pour lui l'occasion de retrouver les lieux de sa jeunesse.
Dans un récit à la première personne, ce héros sans aucune superbe nous narre ses erreurs, ses manques et ceux de ses proches. Au rythme de ses souvenirs et de lettres retrouvées, de récits d'un certain navigateur et d'apparitions de personnages décalés, nous entrons dans l'univers de solitude de Mr Sim.
Jonathan Coe nous distille avec beaucoup d'humour les ratés de la société anglaise où l'être humain est désespérément seul. Seul avec Internet qui le relie pourtant au monde entier, seul avec tous ses amis de Facebook, seul avec son portable, seul avec son GPS à la voix rassurante.
Le livre nous interroge sur les moyens de communication mis à disposition et la solitude qui envahit malgré tout nos vies. Une certaine société codée où le Net viole et surveille notre vie privée et où l'écologie devient une nouvelle valeur marchande.
Autant de thèmes, de pièces de puzzle servis par une écriture vive, nerveuse, balançant entre le conte et la vérité. Mais l'écrivain reprend le dessus et nous réserve une belle surprise avec une fin aussi littéraire que talentueuse.


Aucun commentaire: