Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




mardi 28 février 2012

Yoko Ogawa : La Petite pièce hexagonale

C'est un très court et beau roman, un texte très riche d'une grande sensibilité servi par l'écriture poétique de Yoko Ogawa.
Elle approche par une  jolie métaphore les aspects de la psychanalyse. L 'histoire est construite autour d'une petite pièce hexagonale qui voyage de ville en ville à la rencontre de gens qui ont besoin de parler, de raconter, et qui se ressourcent dans son silence ouaté. Ils en sortent épuisés mais plus attentifs aux évènements supposés anodins de leur vie.
Dans les vestiaires d'une piscine, la narratrice fait la connaissance de Midori une drôle de femme,  plus très jeune qui accompagne une amie. Son allure et  son apparence vraiment très banale l'attirent pourtant et l'intriguent. Elle a très envie d'en savoir plus sur son existence.
Un jour par hasard, elle la croise dans la rue et la suit. Elle découvre ainsi que Midori et son fils Yuzuru sont les gardiens de cette petite pièce, située dans un immeuble désaffecté perdu au milieu d'une forêt. Dans la salle où se trouve la petite pièce, des personnes attendent leur tour pour y rentrer.
Et c'est là  que toute la magie et la poésie de Ogawa opèrent et  nous rappellent  une fois de plus que tout a une signification cachée.
La jeune narratrice à son tour pénètre dans cette pièce et se confie, elle parle de ses proches, de son fiancé, de ces être perdus souvent dans un quotidien ordinaire. Elle raconte ses rendez-vous manqués et elle qui souffre terriblement du dos éprouve un grand réconfort et soulagement à exprimer ainsi ses sentiments.
Les mots peuvent guérir  les maux, on le sait bien.
L'auteur  revisite les petits riens de la vie, les êtres croisés et vite  oubliés, ce monde un peu absurde et parfois trop lisse. 
Un bijou de délicatesse.

Aucun commentaire: