Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




lundi 16 septembre 2013

Augusten Burroughs : Courir avec des ciseaux

   

   Augusten Burroughs  nous livre son enfance et son adolescence meurtries et malmenées en racontant les événements crûment, sans émotion ni distance.
      C'est un véritable choc de lecture, et l'auteur utilise une grande dose d'humour et de dérision pour relater les expériences désastreuses qu'il a subies. C'est un chaos total de perversion, une atmosphère glauque dans laquelle aucune construction mentale et physique d'un enfant ne peut advenir.
      Rire pour ne pas pleurer.
      L'auteur revient donc sur son enfance entre une mère lesbienne et complètement folle et un père absent en plus d'être dangereusement alcoolique . A la suite de leur divorce douloureux où rien ne lui est épargné des scènes épouvantables, sa mère le confie à la famille du psychiatre qui la soigne, le docteur Finch.
       Adopté par la famille, il va vivre une adolescence où "le problème c'est que  personne ne lui dira ce qu'il faut faire mais surtout ce qu'il ne faut pas faire".
      Et là, le lecteur pénètre dans un univers encore plus déjanté et psychotique que celui des patients que ce fameux docteur soigne.
      En effet, Finch prône une totale liberté sexuelle pour les enfants et de ce fait livre sa fille de 13 ans à un patient de 40 ans, il entretient des relations intimes avec ses malades,  il offre des cocktails de médicaments à Augusten pour ne pas aller en classe. Et c'est avec son consentement qu'Augusten, à peine pubère, aura sa première expérience sexuelle avec un ancien patient âgé de 30 ans.
      Tout dans cette famille est déjanté et le retour de la mère d'Augusten dans sa vie correspond à  quelque chose d'effrayant d'irresponsabilité.
       Le ton reste pourtant enjoué, et l'auteur ne met aucune distance dans ses propos et dans le ton.
      Le lecteur constate alors que le seul moyen pour lui de survivre et de comprendre, c'est de tout noter dans son carnet, écrire pour ne pas oublier, écrire pour continuer. L'écriture pour continuer.
     Comment les adultes détruisent parfois, abusent sans y prendre garde et comment les enfants essaient de grandir ensuite. 
     Auguten Burroughs dit tout et le dit avec un humour dramatique et un ton qui fait de lui un écrivain remarquable.
      
      
      

Aucun commentaire: