Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




mercredi 25 mai 2016

José Luis Sampedro : Le sourire étrusque

     Malade, Salvatore se voit contraint de quitter sa Calabre natale pour se faire soigner à Milan. Hébergé par un de ses fils et sa belle-fille, il déteste cette ville et ne se reconnaît pas dans ce monde trop artificiel et bruyant.
     Ancien berger,il reste amoureux de ses terres et de sa montagne. Le dernier combat de sa vie sera de survivre à son plus vieil ennemi, le fasciste de son village. 
     Aussi, interpelle-t-il la "rusca", la maladie qui le ronge peu à peu, de lui donner encore un peu de temps.
     Sa rencontre avec son petit-fils, sera pour lui un coup de cœur immense et total. Pour cet homme rustre au caractère endurci,  cet ancien partisan, homme à femmes, dont les convictions ont toujours été défendues dans l'honneur, sa dernière tranche de vie prend l'allure d'un ultime apaisement.
     Il dira les mots les plus beaux, à Hortensia, sa belle amie qui l'aidera à comprendre la vie amoureuse et l'illusion des amours passées.
     Sa connaissance des us et coutumes ancestrales lui permettront d'approcher des professeurs d'université et de faire revivre son pays.
     Le roman est d'une grande tendresse pour un héros à la tombée de sa vie mais qui va apprendre et comprendre ce qui lui a toujours manqué.
     Un livre qui aborde beaucoup de thèmes, la transmission est ici très belle. La description du petit enfant qui émerveille encore un homme qui, selon lui, a tout vu tout vécu est absolument touchante.
     Les passages sur les certitudes de Salvatore  ainsi que les critiques bien cinglantes et arrêtées sur tout ce qu'il ne veut pas comprendre sont remplies d'humour.
     Mais jusqu'au bout dans la maladie et la mort qui vient, il reste ouvert à la découverte, au bonheur.
     C'est un beau roman d'apprentissage et pas seulement pour l'enfant et c'est merveilleux.
     Un livre à redécouvrir, peut-être, puisqu'il est paru en 1985. 
     José Luis Sampedro, écrivain espagnol, dans une écriture lumineuse et claire nous parle de mort, d'amour surtout et de la mémoire.
     Il nous dit que l'existence jusqu'au bout nous offre de belles choses à découvrir. Et ça fait du bien.
José Luis Sampedro - Le sourire étrusque - Editions Métaillé - 318 Pages - 18 € - traduit de l'espagnol par  Françoise Duscha-Calandre - 

2 commentaires:

Jostein a dit…

J'ai lu ce livre, il y a très longtemps (bien avant mon blog) et j'en garde un excellent souvenir. Je l'ai acheté récemment à ma fille. Ce sera peut-être une occasion de le relire. Pour voir si la magie opère toujours.

Marie a dit…

Merci beaucoup pour ton mot Jostein, c'est le livre même à transmettre.
pour ma part c'était une très belle découverte
à bientôt, pour savoir si la magie était au rendez-vous !