Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




dimanche 17 juillet 2016

Jim Thompson : Pottsville, 1280 habitants

     Initialement paru dans les années 60 sous le titre "1275 Âmes", le livre de Jim Thompson subissait les affres d'une traduction tronquée et édulcorée.
     50 ans plus tard, Rivages met à l'honneur "Pottsville, 1280 habitants" en lui donnant une retraduction intégrale et travaillée au plus juste, pour notre plus grand plaisir.
     Pottsville est donc une petite ville d'apparence tranquille,  de 1280 habitants et Nick Horney y est le shérif.
     Incompétent et paresseux, il ne prend jamais de décision et se laisse humilier et bousculer en public. Son mot d'ordre est ne rien faire. Il ne sait pas de toute façon. Alors quand vient le moment de sa réélection, il sent bien qu'il risque de la perdre.
      Il décide de prendre les choses en main, et la ville va être le théâtre de meurtres et de disparition, sans parler de sombres rumeurs qui circulent.
     Alors méfions nous de l'eau qui dort, il va se passer beaucoup de choses dans cette petite ville de 1280 habitants et Horney s'avérer beaucoup moins crétin qu'il ne paraît.
     La galerie de personnages qui gravite autour de Horney est d'une bêtise abyssale, et les femmes d'une terrible vulgarité. Notre shérif s'avère manipulateur et cruel, et l'auteur nous dresse ici le portrait d'une humanité sombre et sans espoir.
     A la fois cruel mais bourré d'humour, c'est un vrai régal de lecture. Les dialogues percutent par leur ton décalé et acide.
     Avec un style incomparable et maîtrisé, Jim Thompson décrit un monde qui se perd d'une façon imparable.
      L'histoire se passe dans les années 20 mais les situations et les personnages restent tragiquement intemporels.
      Du début à la fin, un vrai plaisir de lecture.
 Jimp Thompson - Pottsville, 1280 habitants - Rivage/Noir - 270 Pages - 8 €
     
     
   

Aucun commentaire: