Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




mercredi 17 décembre 2008

Le monde du silence...

Je désirais en savoir plus sur les écrits de Jeanne Benameur, sur la façon qu'elle avait de manier les mots avec sensibilité, à fleur de peau. Le roman que j'ai lu "les Demeurées" est surprenant tant le silence étouffe. Les Demeurées sont la Varienne, la mère, et Luce la petite. La mère est la simple du village, un soir de beuverie un homme la met enceinte. Mère et fille vivent dans une petite maison en symbiose, elles ne parlent jamais. Ce sont des gestes, des regards, un amour infini qui passent entre ces 2 êtres, seules au monde. Mais un jour Luce doit aller à l'école, elle refuse d'apprendre, refuse d'aller en classe, essaie d'oublier ce que l'institutrice lui transmet, parce qu'elle sait qu'elle perdra sa mère. Mais peut on oublier le savoir, la beauté que les mots nous font découvrir, le mystère de la connaissance ? Cet amour immense et exclusif peut il suffire à la petite Luce ? On est touché et ému de voir que c'est possible.... jusqu'à un certain point. Les phrases sont superbes de sensibilité. Pas un bruit, pas un mot, juste l'émotion.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Comme quoi, les demeuré(e)s ne sont pas toujours ceux/celles que l'ont croit!

Ils ne savent pas ce que c'est que d'avoir une pierre à la place du coeur, contrairement à la plupart des gens qui ne sont pas "simples", comme eux. Une belle leçon d'humilité et de courage à méditer, pour tout ceux qui profitent de la bonté naturelle de ces belles âmes.

Bisous,

Sam.

Ma a dit…

merci pour ton petit mot tes avis me sont précieux et m'encouragent !
oui il y a vraiment des livres bouleversants
Où en es tu de tes lectures ?
bisous à bientôt
marie