Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




dimanche 1 mars 2009

Le dernier Philippe Djian, faut il lui pardonner ?

Je suis restée très perplexe après la lecture du dernier livre de Philippe Djian "Impardonnables". J'avais vraiment dévoré Doggy Bag, le feuilleton sur papier si drôle, si caustique et époustouflant, écrit sur un rhytme d'enfer. J'ai été fan des aventures de la famille Sollens où chaque personnage est un roman à lui tout seul.
Mais que dire de ce dernier livre ?
Je m'attendais à beaucoup mieux, une histoire de famille très compliquée, une quête tortueuse où les héros empruntent des chemins les plus difficiles.
Certes, l'auteur a vieilli, comme le narrateur il s'est calmé, fait le bilan de sa vie, mais voilà ça ressemble à du Djian mais en moins bon. Dommage, certaines phrases sont percutantes, sulfureuses et on se dit ça y est ça va repartir, mais non il s'écoute ou plutôt il se regarde écrire.

L'histoire alors ? Celle d'un écrivain, la soixantaine ancien romancier à succès. Il a vécu une tragédie 15 ans plus tôt, sa femme et sa fille sont mortes dans un accident de voiture. Il a refait sa vie dans le pays basque et là pour une raison qui reste un peu obscure, il ne veut plus parler à sa deuxième fille. Sa deuxième épouse le délaisse plus ou moins , il se lie d'amitié avec un jeune homme complètement déjanté, seul personnage intéressant et peut être profond, qui deviendra après avoir été un pseudo détective, l'amant de sa femme. Voilà il n'y a pas de rebondissement, les mots s'enchaînent et ne nous surprennent pas.
L'écriture, dans le style hâché, reste fluide mais les retours dans le passé peuvent lasser. L'univers de Djian que j'avais vraiment aimé dans ces livres est ici très superficiel et entendu.
Les clichés sur l'adultère de sa femme, sur les remords ou le showbizz sont décevants.
Voilà ce livre se lit trop facilement et j'attends autre chose d'un livre.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Il reste certain que quand nous avons été habitués à mieux dans des lectures antérieures, quand une nous laisse sur nous notre faim, nous laisse sans voix, parce que nous n'y reconnaissons plus ce qui nous avait donné envie de lire les oeuvres d'un tel auteur par le passé, il est temps de passer à autre chose, si nous voulons voir nos attentes comblées.

Bisous,

Sam.