Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




vendredi 27 mars 2009

Marlen Haushofer : Le mur invisible

C'est un livre extrêmement bouleversant et profondément perturbant, où la nature devient la seule et dernière compagne possible.
Un mur invisible apparaît soudain suite à une catastrophe dont on ne saura rien mais dont on devinera toute la violence inouïe, et isole
ainsi dans un chalet de montagne en Autriche une jeune femme. Toute vie est figée derrière ce mur glacée et transparent. Au début il surprend et effraie, ensuite la narratrice essaie de l'oublier pour faire la seule chose dont elle ne se savait pas capable, survivre en cherchant de quoi manger. Dans cette nature hostile, seule avec quelques animaux, bloquée par ce mur invisible elle va s'approprier l'espace, le temps et la forêt et trouver dans cette maison un refuge au monde menaçant et silencieux qui l'entoure.
Ce livre est particulièrement dur, dur envers cette humanité capable de créer les pires fléaux. L'homme est lâche et méchant. La femme le sait, alors elle donne toute son énergie dans le travail et découvre son amour infini pour les animaux rescapés comme elle. Vache, chat, chien deviennent ses amis et elle comprendra grâce à eux que l'homme ne mérite ni pitié, ni compassion. Maintenant seule, elle réalise ce qu'est la vie quand un être dépend de soi, elle s'engage au nom de ses compagnons de naufrage, pour sauver cette bribe d'humanité.
L'écriture est claire et limpide comme ce mur qui se dresse effroyable pour nous rappeler combien il est risqué de s'aventurer au delà.
Le récit est le journal de survie tenu par la narratrice, chaque nuit, chaque jour elle dépasse les limites de l'angoisse et de la peur, chaque jour elle explore son environnement, chaque jour elle continue au delà d'elle même. Rester à tout prix active pour empêcher le passé de revenir est son seul combat.
Récit terrible et troublant qu'il est difficile d'oublier facilement. L'idée que la vie, le monde ne tiennent que par les envies des hommes, et qu'une femme dans la plus profonde des solitudes peut recréer une certaine vérité de l'humanité est assez fascinant.


4 commentaires:

Anonyme a dit…

pourquoi pas:)

pascale a dit…

C'est par une amie que j'ai rencontré ce livre et depuis je ne le quitte plus je le lis jusqu'à la lie..

Anonyme a dit…

Je viens de relire "ainsi parlait Zarathoustra" de Nietzsche ; manifestement, elle s'est un peu inspirée de la vie de l'ermite ( "le bien et le mal"..) et un peu de Bouddha aussi on dirait.
Fascinant et on y croit jusqu'au bout. Ca c'est un livre, ça, c'est un vrai film !

willy a dit…

Bonjour

C'est un livre admirable et bouleversant dont la lecture me poursuit encore et ne m'a pas laissé de repos.Il me semble que de tels livres sont avant tout des révélateurs, des plaques sensibles.On ne peut pas oublier l'image insoupçonnée de nous mêmes que dans un éclair,ils nous révèlent.Les livres dotés de ce pouvoir réfléchissant sont très rares, 3 Le mur invisible " en fait partie

Willy