Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




samedi 22 mai 2010

Maria Ernestam : Toujours avec toi

Inga a réussi une belle carrière de photographe. Brillante et reconnue, ses photos font l'objet d'expositions primées. La mort brutale de son mari fait basculer sa vie et son univers . Après un deuil qui a mis son existence entre parenthèses, elle sombre et décide de se réfugier dans la maison de famille . Retour en arrière, mise en lumière de souvenirs éteints et surtout découverte de secrets de famille plongent Inga dans sa fragilité et vont néanmoins l'aider à se reconstruire.
C'est dans le calme et la sérénité qu'elle entreprend des recherches sur sa grand-mère, Rakel, suite à des lettres et coupures de journal retrouvées dans une grange. Rakel a vécu dans une ferme et à l'adolescence a été placée comme bonne dans une famille très bourgeoise. Elle y fera la connaissance de Léa avec qui elle partagera le secret d'une vie. Les chemins se sépareront, l'amitié restera à jamais. Un épisode dramatique de la guerre de 14-18 nous est raconté ici, c'est la bataille de Jutland où les cadavres de soldats morts sont venus échouer sur les plages d'Europe du nord.
L'écriture est apaisante, le texte à deux voix retrace l'histoire de Rakel racontée par elle-même sur son lit de mort en 1959 et par Inga en 2007 pendant son enquête sur ce passé familial caché. Les questions posées auront des réponses.
Beaucoup d'émotions aussi dans le récit de cette guerre vue et ressentie par la description de cette terrible bataille navale.
Sans excès ni sentimentalisme larmoyant, ce roman nous entraîne dans un univers familial bouleversé par l'arrivée de conflits, par des actes que les anciens ont commis et que nous supportons malgré et avec nous.
Le lecteur suit l'intrigue calmement et comprend aussi combien la force de la mémoire peut jouer sur une vie quand elle arrive à réconcilier avec le passé.

Aucun commentaire: