Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




mercredi 12 mai 2010

Margaret Mazzantini : Venir au monde

L'histoire est celle de Gemma, en 2008 accompagnée de son fils Pietro âgé de 16 ans, elle se rend à Sarajevo pour une exposition de photos. C'est l'occasion pour elle d'entreprendre un voyage à travers le temps et ses souvenirs. 24 ans auparavant, elle était étudiante à Sarajevo pendant les jeux olympiques d'hiver de 1984. Elle y a fait la connaissance de Diego, un photographe fantasque d'origine bosniaque. Complètement opposés, Diego et Gemma vivront une véritable passion amoureuse. Il sera l'homme de sa vie et le père de son fils.
Entre Rome et Sarajevo, entre passé à jamais perdu et présent douloureux, entre Sarajevo la ville de la fête et celle à jamais martyre, Gemma revisite son passé et ses secrets afin de se trouver et continuer.
Elle nous raconte surtout la douleur d'une femme qui ne pourra jamais devenir mère et le combat de ce couple pour avoir un enfant. La fin tragique de Diego se situe dans l 'Histoire de Sarajevo assiégée.
Avec toujours beaucoup de délicatesse et d'émotion l'auteur trouve les mots pour raconter le chemin de croix et de douleur emprunté par ce couple passionné pour avoir un enfant à tout prix.
Comment survit-on quand le monde s'écroule et que la mort est partout ?
Quelles sont les priorités à donner ?
Un roman assez impressionnant de précision sur la guerre et le siège de la ville de Sarajevo.
Une confession intime sur le parcours initiatique de cette femme dans son désir de maternité jusqu'à l'oubli de soi.
J'ai trouvé trop de longueurs, justement dans ces pages consacrées à ce désir de maternité. Je n'ai pas trouvé de réciprocité de cette envie dans le couple. C'est la guerre qui les sépare pas le manque d'enfant.
Gemma m'a semblé poursuivre plus une idée de maternité que combler le désir de paternité de Diego . Je n'ai pas ressentie ce besoin chez lui. J'aurais aimé plus de détails sur ses sentiments.



Aucun commentaire: