Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




vendredi 30 avril 2010

Paul Auster : Invisible

Le dernier Paul Auster nous montre une fois de plus le talent romanesque de cet auteur.
Oeuvre de fiction, oeuvre d'un écrivain amoureux des mots et de la construction littéraire et qui sait nous entraîner dans les labyrinthes intérieurs de ses héros.
C'est l'histoire d'Adam Walker en 1967, étudiant de 20 ans, beau, ténébreux et ambitieux. Il sera poète. Sa route croise celle d'un couple, Born et Margot plus âgés que lui, en tout cas plus diaboliques. Born propose de financer un journal littéraire dont Adam serait le rédacteur en chef et Margot devient sa maîtresse. Un soir alors qu'il se promène avec Born, Adam est le témoin d'un meurtre, sa vie est à jamais bouleversée.
Le récit se poursuit 40 ans plus tard, avec Jim un auteur reconnu ( le double d'Auster sans doute) qui reçoit le manuscrit d'Adam. Ils se sont connus tous les deux pendant leurs études. Jim a réussi dans l'écriture tandis qu'Adam a pris d'autres voies.
A travers le récit de Jim et celui d'Adam, le lecteur apprend la destinée des protagonistes qui ont plus ou moins accompagnés sa vie.
Paul Auster met en place une véritable construction d'histoires qui ne s'emboîtent pas toujours correctement et le lecteur s'y perd avec un immense plaisir.
Nous retrouvons comme toujours le récit dans le récit, l'histoire dans l'histoire. Tout se met en place progressivement et la fin nous apporte toute la complexité de l'auto-fiction, ses limites avec la réalité.
Les personnages ne sont pas ceux que l'on croit et comme chaque fois les thèmes chers à Auster nous questionnent toujours sur l'identité, la crédibilité de l' écrivain face à son histoire mais aussi la mélancolie, la solitude, la folie.
Qui sont vraiment les personnages ? Que recherchent-ils ? Ont ils vécu leur vie ou bien se sont ils seulement racontés des histoires ?
Invisible, voilà ils sont plus qu' invisibles, porteurs d'illusions trop grandes ils deviennent presque transparents quand la réalité les rattrapent.
Visiblement un excellent livre.



Aucun commentaire: