Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




vendredi 24 septembre 2010

Alice Ferney : La conversation amoureuse

Dans ce roman Alice Ferney nous raconte dans style très élégant les relations de couples et particulièrement celles d'une passion amoureuse. Une histoire d'adultère très classique. C'est à dire, l'homme éternel séducteur et prédateur et la femme amoureuse, très amoureuse.
Plusieurs couples se préparent à passer une soirée ensemble. Enfin les hommes devant un match de boxe et les femmes entre elles. Pauline, mariée , et Gilles en instance de divorce n'accompagnent pas leur conjoint respectif à cette soirée. L'auteur nous raconte leur rencontre, leur première soirée et leur conversation amoureuse.
Les mots sont là, le trouble naissant, le jeu de la séduction, le plaisir à venir. Dans une écriture lumineuse Alice Ferney nous relate une histoire tout simplement incorrecte. Elle donne la voix, l'émotion à la transgression, aux interdits.
C'est un livre qui trouble beaucoup par la justesse des mots, l'émotion intime nous est dévoilée et analysée aussi bien chez l'homme que la femme.
Il nous montre combien le quotidien use le couple, la passion et la vigilance qu'il faut pour sublimer le désir perdu et rendre lumineux l'amour en fuite.
C'est aussi une façon de concevoir le couple. Un homme et une femme que tout sépare vont se découvrir dans le secret d'une rencontre. Dans cette conversation amoureuse ils se diront ce que la société leur interdit, à savoir que la passion peut arriver à tout moment, que le désir qui couve à un âge mûr est plus fort peut être que celui de la jeunesse.
C'est aussi un instant magique celui où l'inconnu devient un homme ou une femme que l'on va aimer.
Le texte est très beau, le peu de dialogue rend les silences plein de promesses. C'est bien aussi de se dire que dans la vie même si des chemins sont pris, l'aventure est là.

Aucun commentaire: