Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




vendredi 21 septembre 2012

Tahar Ben Jelloun : Le bonheur conjugal

Le dernier roman de Tahar Ben Jelloun nous raconte la déliquescence d'un couple, l'histoire de dépossession, le récit d'une obsession de ce qui n'est plus.L'auteur va donner la parole au mari d'abord et à la femme ensuite. Chacun sa version, chacun sa haine, devenu ennemi dans l'amour.
L'homme, Imane est un artiste peintre reconnu et admiré, un coureur impénitent et un homme mis à terre par un AVC qui l'oblige à revisiter sa vie et cette notion si chaotique du bonheur conjugal.
Durant les 2/3 du livre, il rumine sa nouvelle condition de malade et sa dépendance vis à vis des soignants. Cloué sur son lit, il revisite son journal intime ou le continue en rêvant. Il décortique son mariage raté, son illusion de bonheur avec une femme vite devenue avide et jalouse.
Ne vivant qu'à travers son art et sa soif de conquêtes féminines, il mène un combat contre la maladie et sa femme pour pouvoir peindre à nouveau et reprendre sa liberté amoureuse.
C'est au tout d'Amina de raconter.  Elle a été follement amoureuse de lui,  artiste célèbre à qui elle a voué sa vie, pour lequel elle a abandonné ses études et contre lequel elle devient un monument de haine et de jalousie avide de vengeance.
Plus jeune que son mari, elle n'a vécu qu'à travers lui, son nom, son aura et son argent. Intellectuellement moins brillante aussi, elle se rend compte que même les enfants n'arrivent à le retenir au foyer.
C'est vrai qu'elle en a vu passer des maîtresses et que sa jalousie, pour elle, semble légitime tout  comme l'institution du mariage l'est pour sa famille.
Les deux voix opposées interrogent sur le mariage, la fidélité, l'engagement, l'influence du milieu social et le poids des familles dans lesquels chaque couple se trouve confronté.
Peut être que les lamentations de ce vieux Don Juan impotent, même artiste brillant, et la jalousie trop excessive  d'une femme mal aimée m'ont un peu lassée. 
A lire pour constater qu'il y a beaucoup de solutions quand un amour est fini, heureusement.







Aucun commentaire: