Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




lundi 17 septembre 2012

Toni Morrison : Home

Nobel en 1993, Toni Morrison dépeint dans son dernier roman le retour douloureux au pays de Franck, soldat traumatisé de la guerre en Corée.  De Seattle en Georgie, il va traverser le pays pour sauver sa jeune soeur mourante. Il fera face à un pays plongé dans la chasse aux sorcières, habité par le racisme et le ségrégationnisme et où la guerre a laissé des marques indélébiles sur ses soldats.
C'est un autre visage de l'Amérique des années 50 que nous montre l'auteur. Une image différente de celle véhiculée par les médias et les films, outrancièrement belle et heureuse. C'est une Amérique violente et divisée dans ses haines et ses ignorances, capable du meilleur comme du pire. Le pire ? par exemple les expériences médicales menées par des médecins sur de pauvres Noirs. Le meilleur ? cette capacité à la solidarité envers et contre tous.
A cette époque, la vie est difficile pour les Noirs et Toni Morrison à travers le portrait de Franck rend un hommage envoûtant à ses compagnons de couleur humiliés et bafoués.
Tout au long du livre, alternant avec l'histoire de sa jeune soeur, la voix de Frank se fait entendre. Il nous raconte, nous ment parfois, ses souvenirs de guerre, de vie, d'alcool et d'amour perdu.
La violence est présente tout au long du livre dans l'institution, dans la famille, dans la politique et le retour aux origines de Franck et de sa soeur se fera après bien des tourments.
Un style ramassé, épuré pour dire l'essentiel sans fioriture, Toni Morrison est bouleversante de précision et d'émotion contenue.

2 commentaires:

Jocelyne a dit…

Quelle force d'écriture!
Quelle façon de tenir le lecteur haleine!
quelle simplicité, quelles vérités!
Quelle horreur! quelle humanité!

Enfin, quel roman sublime!

marie rossi a dit…

C'est un auteur bouleversant je te passerai d'elle Beloved
Tes mots sont très forts
Ça fait du bien de lire ton lire
Merci
Marie