Non, je n’oublierai jamais la baie de Rio

La couleur du ciel le long du Corcovado

La Rua Madureira, la rue que tu habitais

Je n’oublierai pas pourtant je n’y suis jamais allé



dimanche 25 mars 2018

Sigriour Hagalin Bjornsdottir : L'île

     Un beau matin, l'Islande se réveille isolée du reste du  monde. Il n'y a plus de moyens de communications vers l'extérieur du pays et les avions ou bateaux qui sont partis ne donnent plus signe de vie.
     Sans connaître les explication de la cause de cet événement, et ce n'est pas l'intrigue de ce livre, le pays devra réviser son organisation et mettre en place des actions pour la survie même de sa population.
     Evidemment les Islandais vivent dans l'angoisse cet épisode traumatisant. Seuls au monde...
     L'absence du président de la république et du premier ministre en visite à l'étranger et sans nouvelles d'eux, le gouvernement installent des mesures basées sur l'utilisation des ressources du pays, visant le retour à la terre et et la valorisation de l'agriculture.
     Les personnages subissent cette situation catastrophique en voyant leur vie bouleversée à jamais. Mais en même temps, les combines et la corruption émergent et les islandais survivent dans un chaos agressif en développant un instinct de survie exacerbé.
     Que reste-t-il ainsi de nous et de nos valeurs, quand tout ce qui faisait notre vie, le bien-être, l'argent qui pouvait tout acheter n'existe plus ?
     Les personnages nous émeuvent et nous intriguent.
     Elin est la nouvelle ministre, jeune femme ambitieuse, elle se voit à la tête des plus hautes fonctions et responsabilités. Elle profite du système qui se délite en sachant que ça ne durera pas.
     Hjalti, journaliste vedette d'un quotidien,  est en charge auprès du nouveau gouvernement de communiquer des messages de confiance à la population afin d'éviter des débordements.
     Maria ancienne compagne d'Hjalti, musicienne et d'origine espagnole devient une paria, considérée comme une étrangère et une inutile.
     Ecrit dans un style délié et construit par chapitre donnant la parole à chacun des principaux personnages, ce livre captive par une certaine possibilité. 
      Beaucoup de thèmes nous font frémir et nous interpellent dans ce livre :la mise au ban des indésirables et des étrangers, le pouvoir qui reste toujours le but des politiciens, une violence qui s'installe insidieusement  et une société qui a encore des rêves de consommation .
       Ce livre est  très intéressant tant pour l'histoire de l'Islande que l'auteur nous fait découvrir que pour l'étude sociologique de tout un peuple dans une oeuvre fictionnelle assez réussie.
       La fin du livre est très émouvante, premier roman très fort à lire absolument !
Sigridur Hagalin Bjornsdottir - L'île - Editions Gaïa - Traduit de l'islandais par Eric Boury - Parution le 7 Février 2018 - 272 Pages - 21 €

2 commentaires:

Anonyme a dit…

J'ai envie de le lire celui-là!!
Toujours aussi beau ton blog :)
J.

Marie a dit…

Merci pour le mot, c'est un livre assez surprenant effectivement.
il en reste quelque chose
à bientôt,Anonyme
Marie