Non, je n’oublierai jamais la baie de Rio

La couleur du ciel le long du Corcovado

La Rua Madureira, la rue que tu habitais

Je n’oublierai pas pourtant je n’y suis jamais allé



mercredi 26 novembre 2008

Le dernier Lodge

La vie en sourdine, le dernier roman tellement autobiographique de David Lodge est une merveille d'humour, de sensibilité et de coquinerie ! Traitant de sujets graves il arrive à nous dire que finalement rien ne vaut la vie même si elle nous brutalise souvent. Desmond est un brillant universitaire et fringuant retraité avec une superbe femme très branchée sauf que Des est sourd comme un pot. Quand par exemple il oublie ses appareils auditifs on souffre comme lui d'être humilié, gêné par ce handicap, surtout quand les gens tiennent à vous parler et qu'ils insistent. C'est lors d'une soirée qu'une étudiante va engager une conversation à laquelle il ne comprendra rien et dont le résultat va bousculer sa tranquillité. L'étudiante est quand même légèrement perturbante et perturbée. Desmond s'occupe également de son père, désirant garder sa liberté et finir sa vie dans sa maison. Des thèmes lourds,
décrits avec justesse, les personnages sont vrais et attachants. Le ton est comique et tragique comme la vie que l'on traverse. Tout est finesse dans ce roman qui nous touche infiniment. J'ai beaucoup aimé.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Oui, quand la vie nous secoue un peu, ce n'est jamais nécessairement en douceur, je suis d'accord!

Mais c'est toujours comme cela, avec des moments aussi qui virent au gag, pour nous rappeler également que la vie a aussi ses rayons de soleil, qui tranche avec sa cruauté, quand elle nous accable.

Bisous,

Sam.