Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




lundi 25 octobre 2010

Blandine le Callet : La ballade de Lila K.

C'est le roman d'une quête, une ballade à une voix, celle de la narratrice, Lila. Le lecteur se trouve plongé en 2090 dans un futur organisé et aseptisé vu par le regard de cette toute jeune femme.
Lila nous raconte son histoire à la première personne sur un rythme vif, le lecteur vit son quotidien.
Quand elle avait 4 ans, Lila a vu surgir des hommes en noir un matin pour arrêter sa mère. Elle garde l'image d'une robe rouge et une sensation de douceur la saisit à son évocation. Placée dans un Centre, elle doit tout réapprendre : se nourrir, parler, se reconstruire physiquement et moralement et surtout oublier son passé.
Dans un quotidien formaté où tout est sous surveillance, elle rencontrera pourtant des personnages qui l'aideront dans son parcours initiatique. Intelligente, caustique et surtout très belle, Lila continuera par tous les moyens à retrouver sa Mère et ses souvenirs d'enfance.
Dans une société qui interdit les livres car trop dangereux (?), qui impose des séances de plaisir mécanique obligatoire, Lila est déterminée à comprendre et avoir confiance en elle.
Dans un Centre qui ressemble à la DDASS, dans un Paris où les libertés sont bafouées et où règne la censure, avec une banlieue appelé la Zone ( ?....) c'est surtout les scènes de grande sensualité qui sont touchantes. Quand Lila découvre qu'elle est belle, elle ne le savait pas avant. Quand elle découvre tout simplement l' Amour : pour sa Mère, pour ses professeurs, pour l' Autre.
Le futur sert de décor à ce roman à l'écriture nerveuse, vive où les pensées les plus intimes de la narratrice la rendent encore plus attachante. C'est le roman de la recherche de la mère disparue et de son amour pour elle malgré les souffrances endurées. C'est le roman de l'apprentissage au monde, à la connaissance de soi et des autres, à l'amour.


Aucun commentaire: