Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




samedi 2 octobre 2010

J.M. Coetzee : L'été de la vie

Dans son dernier roman, l'auteur du Prix Nobel de Littérature 2003, nous livre une autobiographie fictive et avec une pudeur magnifique nous dévoile ses échecs et sa profonde tristesse. Coetzee entame le récit de ses confessions imaginaires puisqu'il est mort. En effet, un jeune biographe désire raconter la vie du grand écrivain disparu en s'appuyant sur des notes concernant les années 1972-1975. Elles marquent son retour d'exil et seront les plus décisives. Il vit à cette époque dans une maison délabrée du Cap avec son père. Il est seul avec d'énormes problèmes d'adaptation dans un pays marqué par l'apartheid.
Afin de réaliser sa biographie, Mr Vincent va rencontrer 4 femmes et 1 homme qui d'après les notes de l'auteur ont comptés dans sa vie. A travers ces entrevues, les anecdotes nous brossent le portrait d'un jeune homme égoïste, peu sensible, insignifiant et froid. Quant aux femmes, elles n'ont pas succombé au charme de ce pathétique amant. Finalement c'est la description d'un homme ordinaire et sans talent. Que ce soit sur le plan personnel et intime que professionnel, il n'a jamais été brillant. Voilà comment se présente Coetzee. Si le lecteur est surpris, il est ému par son courage à se dévoiler de la sorte. Mais ce qu'il faut voir au delà de ses secrets, de ses manques, c'est la préparation de cet homme dans l'été de sa vie, si triste fut-il, à son oeuvre littéraire à venir. Il brosse le portrait d'un pays qui se décompose et d'une politique qui met en place un système impitoyable de cruauté. Il nous donne les clefs pour comprendre la profonde désillusion même si le combat des Noirs est légitime. Avec le coeur sec comme le Bush, il raconte son amour pour les paysages sud-africains et pour un passé enfui.
Mémoires d'un naufragé mais aussi récit d'un auteur brillant qui sait manier avec talent la part de fiction présente dans toute existence. Coetzee se raconte et il aime le faire avec la fiction.

Aucun commentaire: