Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




jeudi 6 avril 2017

Kent Haruf : Le chant des plaines

     Kent Haruf est un écrivain américain disparu en 2014 peu de temps avant la parution de son dernier livre "Nos âmes la nuit" (analysé sur ce blog le 17 octobre 2016). Son écriture m'avait particulièrement émue et je voulais la retrouver dans ce livre qui a connu un immense talent.
     "Le chant des plaines" c'est Holt une petite bourgade perdue dans le Colorado, très très chère au cœur de cet auteur magnifique.
    La vie dans cette Amérique profonde est difficile mais les valeurs humaines sont abordées par Haruf avec beaucoup de délicatesse.
     Dans ce coin paumé, où les plaines s'étendent à l'infinie, où le vent dans les éoliennes nous chante une mélopée envoûtante, où les troupeaux piétinent et s'impatientent, l'existence est simple et compliquée à la fois.
     Le roman est construit en chapitres qui donnent la parole à différents narrateurs et raconte avec une grande pudeur le quotidien et l'intime de ces personnages ordinaires aux âmes belles et fortes. 
     Ils sont courageux et deviennent vite attachants, même si certains ne sont pas très glorieux.
     Les héros sont ici des frères, vieux célibataires bourrus, vivant dans leur ferme et s'occupant de leurs bêtes. C'est aussi Tom Guthrie, professeur dans l'école de Holt, il élève ses deux petits garçons depuis que sa femme, dépressive a quitté la maison. C'est l'histoire de Victoria, jeune indienne métisse, de 17 ans enceinte parce qu'un soir elle a aimé un irresponsable.
     Le lien sera Maggie Jones, une femme au grand coeur et d'une belle humanité.
     Les destins se croisent dans cette petite ville et les destinées se dévoilent doucement.
     Une plongée dans l'Amérique très profonde et dans le quotidien de personnages vrais, voilà ce qui fait la force de ce roman sur l'espoir.
     Kent Haruf nous touche parce qu'il décrit avec beaucoup de respect et de tendresse, ces êtres bousculés et un peu seuls.
     A travers une écriture authentique et sobre, il nous emporte dans un univers très émouvant où se révèlent les failles et les espérances de chacun.
     Un roman lumineux qui nous étreint sans aucun sentimentalisme, et ça c'est une réussite.
Kent Haruf - Le chant des plaines - traduit de l'américain par Benjamin Legrand - 448 pages -
10.90 €


2 commentaires:

Jostein a dit…

Après Nos âmes la nuit, je continuerais bien avec cet auteur et ce titre

Marie a dit…

c'est une très belle lecture en effet, j'ai commandé la suite "les gens de Holt County"
merci pour le mot