Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




samedi 6 mars 2010

Sépulveda : L'ombre de ce que nous avons été

"Plus gros, plus vieux, plus chauves et la barbe blanche, ils projetaient encore l'ombre de ce qu'ils avaient été".
Dans un quartier populaire de Santiago se retrouvent 3 sexagénaires anciens militants de gauche. Ils ont répondu à l'appel d'un des leurs surnommé "le spécialiste" et sont prêts à faire une dernière action . Trois hommes que le coup d'état de Pinochet a condamné à l'exil et au silence. Ils se retrouvent là 30 ans plus tard, trois échoués d'un rêve de liberté, pas vraiment brillants mais l'ont ils été ? Ils restent honnêtes vis à vis de l'idéologie de leurs vingt ans, et se souviennent. Qu'avons nous fait de notre folle jeunesse et de ses utopies est la question que semble nous poser l'auteur.
Le lecteur est alors entraîné dans plusieurs histoires, celles de ces 3 hommes, celle du spécialiste et du policier ainsi que de sa jeune collègue et d'un couple meurtrier bien malgré lui. Hier et aujourd'hui, polar ou roman tragico-comique.
L'écriture de Sépulveda se fait drôle, légère pour visiter un passé douloureux. Pas d'apitoiement, il y a une certaine ironie sympathique vis à vis de ces anciens révolutionnaires.
Sépulveda raconte l'histoire du Chili, celle d'Allende et de Pinochet. Ancien militant actif, il donne, dans une fiction totale, la parole à ses anciens camarades, pour nous dire que malgré l'exil, malgré les souffrances et le poids du passé douloureux, l'espoir est là et les anciens combattants combattent toujours. Tout reste intact.
Le récit est vif, alerte et coloré même si parfois il devient lourd de toutes ces précisions historiques et de noms trop nombreux à mémoriser. Le lecteur peut être déçu par le manque d'intrigue mais ce livre a l'avantage d'avoir 150 pages, il se lit vite et ça c'est bien.



Aucun commentaire: