Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




mercredi 4 avril 2012

Metin Arditi : Le Turquetto

Elie Soriano juif, fils d'un marchand d'esclaves,  né à Constantinople, dit le Turquetto, peintre de génie victime de l'obscurantisme de l'Inquisition, élève du Titien, fabuleux artiste imaginaire( ou pas) sous la plume de Metin Arditi,  nous transporte dans l'histoire tourmentée du 16ème siècle.
Dans le Grand Bazar  coloré et animé de Constantinople vers 1519 ,  le Turquetto en observateur découvre la vie et surtout sa passion pour le dessin. La situation religieuse du pays, l'oblige à fuir à Venise où il se fait passer pour chrétien. S'ouvre alors, un parcours exceptionnel qui lui permet de peindre et d'être reconnu.
Mais Venise est corrompue et l'Inquisition fouille et enquête, pour échapper à la mort il s'enfuit à nouveau et retourne à Constantinople. Ses oeuvres seront détruites. Fin d'un destin.
Metin Arditi dresse le portrait dans homme pris dans la tourmente d'une époque impitoyable. Un destin artistique que les codes et l'hermétisme des religions et la corruption des hommes ont anéanti.
Les descriptions des villes et des palais, des marchés, des hommes et des femmes qui occupent les rues sont dépeintes avec beaucoup de sensualité colorée.
L'auteur fouille avec précision l'histoire et nous permet en suivant les traces de ce héros d'aborder des thèmes très actuels comme la politique, la religion et l'art. Un monde qui vacille quand les artistes sont persécutés et l'art occulté.

Aucun commentaire: