Non, je n’oublierai jamais la baie de Rio

La couleur du ciel le long du Corcovado

La Rua Madureira, la rue que tu habitais

Je n’oublierai pas pourtant je n’y suis jamais allé



mercredi 25 avril 2012

J.M. Coetzee : Au coeur de ce pays

Prix Nobel de littérature en 2003, l'auteur sud-africain, J.M. comme il aime signer ses oeuvres nous livre une plongée dans l'abîme, la barbarie à visage humain. Dans une écriture d'une redoutable efficacité, sèche et bouleversante il nous raconte l'Histoire de son pays à travers des personnages ancrés dans une profonde solitude.Ce sont  la haine, le racisme, la violence et la peur qui annihilent tous sentiments et toute vie et conduisent à la folie.
En Afrique du Sud, Magda vit dans une ferme isolée dans le veldt, loin de toute civilisation,  avec son père veuf tyrannique, et les serviteurs noirs. Reflet du temps des colonies, d'une famille d'afrikaners vivant au bout du monde dans une campagne hostile, reflet d'un temps qui a existé et brisé tout espoir.
Le livre est construit en 266 chapitres, des monologues à travers lesquels la voix de Magda se fait entendre. 
Elle évoque sa vie remplie de rien, son isolement qui la ronge, son ignorance des hommes et de la vie et raconte  ce père tyrannique qu'elle aime quand même, d'une façon glauque. Elle évoque ce père aimant les femmes et qui va mettre dans son lit, l'épouse de son serviteur, Anna. La haine est rentrée dans la maison, la violence ne quittera plus le livre.
Les fait reviennent de façon lancinante, avec des versions différentes, ils alternent en fonction du degré de lucidité de Magda. Le lecteur n'arrive plus, comme elle, à voir la vérité.
Son récit est-il vérité ou  est ce le délire d'une femme ayant tout perdu  y compris la raison ?
Allant au bout de sa solitude, de son amour halluciné, de sa jalousie morbide, elle se perd dans une vengeance terrible à l'issu de laquelle elle deviendra une victime folle éperdue d'amour et de haine. Un livre dur qui cogne et éprouve le lecteur.  
Coetzee avec talent ne dénonce pas simplement l'abominable système de l'Apartheid avec ses bourreaux et ses victimes mais raconte la tragédie absolue vécue par des hommes et des femmes rongés de haine,  de peur et d'incompréhension. 

Aucun commentaire: