Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante, ravie épanouie

Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara...




vendredi 3 octobre 2014

Eric Reinhardt : L'amour et les forêts

C'est avec son dernier livre "L'amour et les forêts" que j'ai fait la connaissance de l'écriture et du style étonnant d'Eric Reinhardt. Subtil, audacieux, intimiste et un peu manipulateur mais sans fioriture, mais quoi de plus normal c'est un écrivain. 
Dans son livre "L'amour et les forêts", il rend un hommage vibrant et sans concession aux femmes qui souffrent dans le silence et l'abnégation.
C'est à partir de son expérience personnelle, celle d'un auteur recevant  les lettres de confidences de lectrices, qu'il entame une fiction plus vraie que nature.
Dès la première ligne, Eric Reinhardt, se met dans la peau du narrateur, un écrivain, pour raconter sa rencontre avec une de ses lectrices, Bénédicte Ombredanne.
C'est  une belle jeune femme, agrégée de lettres, mariée avec deux enfants, bien dans son temps, intelligente et pétillante. Elle n'a qu'une envie vivre pleinement sa vie et surtout ses rêves.
Elle lui avait adressé une longue lettre émouvante et il a voulu la connaître et ainsi commence le roman.
Peu à peu Bénédicte se confie et l'auteur s'efface pour tracer le portrait de la femme qui se cache derrière cette apparence de bonheur.
Elle s'est mariée à un ami d'enfance, un pervers narcissique, infâme et odieux avec elle, elle souffre du manque de tendresse et d'amour.
Dévouée corps et âme à sa famille, à ses enfants égoïstes et inintéressants, elle s'oublie , sans cesse rabaissée et malmenée par son mari.
Un jour, poussée à bout, elle se rebelle et va faire un tour sur Meetic. Après moult conversations d'un réalisme forcené et tristement drôle, elle prend contact avec un bel antiquaire et passera  la plus belle après-midi de sa vie, dans son lit et dans ses bras.
Mais il est facile de rêver d'une autre vie, d'avoir envie d'en changer, il est difficile aussi de partir.
Bénédicte ne prendra jamais les chemins qui se présentent,et malgré l'aveu de son infidélité et la l'enfer conjugal, elle fait tout pour retourner auprès de son mari et de ses enfants.
Jusqu'au bout elle subira la violence et la jalousie maladive de son mari et le mépris de ses enfants dans l'espoir que tout s'arrangera.
La dernière partie où l'auteur cherchera à comprendre le silence de Bénédicte, est menée comme une enquête. C'est efficace et la découverte d'une sœur jumelle qui donnera les explications qui lui manquaient est surprenante.
Par contre et je ne peux pas tout raconter, mais cette fin est insoutenable, tant par les descriptions choc que par l'horreur humaine qui y est décrite. C'est vraiment un malheur immense ajouté à tous les autres  que ce livre contient et qui sonde l'abîme infini de  l'intime.
Il en reste un sentiment de malaise, une fois le livre refermé.
Eric Reinhardt - L'amour et les forêts - Editions Gallimard - 21 Euros


2 commentaires:

Louise a dit…

Ton billet me donne plus envie de le lire que sa prestation quand il en a parlé à la GLB.

marie rossi a dit…

Merci Louise,
C'est un livre très intéressant sur l'intime
Et surtout très bien écrit
Mais attention au dernier chapitre, il bouleverse bcp
A bientôt
Marie